CARMEN : Un projet du PNUD pour faciliter la reconstruction des maisons endommagées

Huit mois après le lancement par le gouvernement haïtien et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) du Centre d’Appui pour le Renforcement des Maisons Endommagées (CARMEN), un millier de familles bénéficient déjà d’une aide pour reconstruire leurs maisons abîmées par le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Pour faciliter la bonne exécution de ce projet et inciter la participation active de la population, 600 maçons ont été recrutés dans les zones d’intervention des cinq centres créés et plus de 5.000 participants dont des chefs de familles ont été formés.


CARMEN : Un projet du PNUD pour faciliter la reconstruction  des maisons endommagées


galerie

Photo : Victoria Hazou – UN/MINUSTAH

Il y a plus de deux semaines, Hélène Félix a reçu un message singulier sur son téléphone portable qu’elle ne saurait oublier. Cette mère de deux enfants était informée que sa famille avait été sélectionnée pour bénéficier de l’appui de CARMEN pour reconstruire sa maison de Fort National endommagée par le séisme de janvier 2010.

Avec une première tranche de 250 dollars US qui lui a été allouée, Hélène a pu se procurer, auprès d’une quincaillerie partenaire de CARMEN, des barres de fer pour renforcer la structure du bâtiment, du ciment, des blocs en béton, du sable. Avec cette somme, elle a aussi pu engager un maçon et un ouvrier afin d’entamer les travaux de réparation de sa petite maison de trois chambres au toit de tôle ondulée.

« Cette aide a été très utile pour moi. Je suis très contente de l’avoir reçue, parce qu’après le séisme, [mon mari et moi] n’avions rien en mains. C’est vrai que c’est peu, mais cela nous a permis de nous procurer des matériaux et d’engager des travailleurs », se réjouit Hélène Félix.

Pour bénéficier de cet « accompagnement », chaque chef de famille intéressé doit s’inscrire au bureau de CARMEN le plus proche et apporter des pièces justificatives de sa maison à réparer. « J’avais fait les démarches depuis longtemps, mais franchement je n’y croyais plus », raconte Hélène, tout en travaillant sur le chantier de sa maison avec les maçons qu’elle a engagés. « Je dois mouiller le bloc pour l’empêcher d’absorber l’eau du mortier et garantir une meilleure adhérence », explique-t-elle avec détermination, arrosant dans un récipient un bloc qu’elle s’apprête à passer au maçon qui en assure la pose, alors que l’apprenti apporte du mortier.

En effet, à l’instar d’autres chefs de famille bénéficiaires de ce programme, Hélène a suivi, durant une journée, une formation dite de « protection des consommateurs ». Selon le Chargé de Communication du projet, Guillaume Joachin, cette session donne aux bénéficiaires la possibilité d’intervenir dans le choix des matériaux à utiliser dans le cadre de la réparation de leurs maisons et de rédiger un contrat de travail avec les techniciens chargés des travaux.

Pour sa part l’ingénieur Marc Joanis Cupidon explique qu’avant toute réparation, des ingénieurs du CARMEN font d’abord une vérification de l’état de la maison, dessinent un croquis des endroits à réparer et préparent un devis qu’ils soumettent à la famille. Et c’est à la suite d’une évaluation des premiers travaux par des ingénieurs du CARMEN que le deuxième versement sera effectué.

M. Joachin, qui reconnait que cette subvention est loin de pouvoir répondre aux besoins des familles, tient toutefois à préciser « qu’il ne s’agit pas d’une prise en charge totale, mais d‘un accompagnement », susceptible de renforcer la « résilience » de la population des zones d’intervention de CARMEN, précise le responsable.

Pour l’heure, sur les 6.000 maisons déjà évaluées, 700 ont déjà été réparées et 300 sont en cours de réparation dans le cadre de ce projet grâce auquel près de 5.000 participants dont 600 maçons ont reçu une formation aux techniques de construction parasismique, dispensée par le Ministère des Travaux Publics, des Transports et Communications, (MTPTC).

Cinq Centres d’Appui pour le Renforcement des Maisons Endommagées mis en place en octobre 2011 par l’État haïtien et le PNUD offrent aux communautés de Port-au-Prince et de Léogâne affectées par le séisme du 12 janvier 2010, la possibilité de prendre en charge elles-mêmes la réparation de leurs demeures.

Rédaction: Pierre Jérôme Richard
Edition: Tahirou Gouro Soumana

Laisser un commentaire